2019
2020
Calendrier
EN
Calendrier

Roberto Devereux

Gaetano Donizetti

L’opéra de toutes les passions pour l’ambitieuse Reine Elisabetta et Roberto, archétype du héros romantique. Un terrain de jeu dramatique traité avec magnificence par David McVicar.

Photo Roberto Devereux
Roberto Devereux © Met-Ken Howard
Roberto Devereux © Met-Ken Howard
Roberto Devereux © Met-Ken Howard
Reserver

Distribution

Roberto Abbado direction
David McVicar mise en scène et scénographie
Leah Hausman chorégraphie
Moritz Junge costumes
Paule Constable lumières

Maria Agresta Elisabetta
Artur Ruciński Lord Duc de Nottingham
Karine Deshayes Sara
Francesco Demuro Roberto Devereux
Pierre-Antoine Chaumien Lord Cecil
Anas Séguin Sir Gualtiero Raleigh

Orchestre National de France
Chœur de Radio France direction Alessandro di Stefano

Opéra chanté en italien, surtitré en français et en anglais
Durée de l’ouvrage 2h10 environ 

L’on sait le goût de Donizetti pour l’histoire anglaise qu’il illustra par ce que l’on nomme traditionnellement sa trilogie Tudor (Anna Bolena, Maria Stuarda et Roberto Devereux). En dépit des libertés prises vis-à-vis de la vérité historique, la reine Elisabetta bénéficie dans Devereux, le dernier épisode de cette trilogie, d’un traitement dramatique et vocal à la hauteur de son impressionnante stature. Ici, elle n’est plus celle qui subit comme dans Stuarda mais au contraire s’impose sur tous les fronts. Face à elle, Roberto oscille entre virilité et vulnérabilité. L’enjeu dramatique tout autant que musical - et la réussite de l’ouvrage – trouve son acmé dans cet impressionnant face à face. Par son écriture orchestrale et vocale et la clarté de son livret, Roberto Devereux est l’un des plus passionnants ouvrages parmi les quelques soixante-dix surgis sous la plume de Donizetti.

Pour servir ce bijou du bel canto trop rare sur les scènes, la « reine » Maria Agresta, ici dans le rôle-titre, sera sans nul doute à la hauteur du personnage, de même pour Francesco Demuro en Roberto, secondés par les épatants Karine Deshayes et Arthur Rucinsky. Roberto Abbado fera à cette occasion ses débuts en fosse avenue Montaigne au pupitre de l’Orchestre National de France. Enfin David McVicar, qui a mis en scène les trois ouvrages de la trilogie Tudor pour le Metropolitan, a imaginé pour l’opus Devereux une scénographie unique d’une grande beauté que les spectateurs new-yorkais ont pu acclamer au printemps 2016.

 Mercredi 11 mars 2020 18h30
Rencontre avec l’équipe artistique

Coproduction Metropolitan Opera / Théâtre des Champs-Elysées
Coproducteur associé pour les représentations à Paris : Radio France
France Musique enregistre cet opéra.

Video

Roberto Devereux